Joomla!

Historique

L'histoire et l'évolution d'une commune, petite ou grande, ne peuvent être comprises autrement qu'au travers de l'Histoire.

Sundhouse a elle aussi vu apparaître les premiers hommes, qui ont plus ou moins marqué ses terres, puisqu'on a découvert une tombe (Ohnenheim) contenant un char à quatre roues, peut être datée de la période de Hallstatt, soit entre 750 et 450 avant J-C.

Par la suite, les Celtes et les Romains ont également occupé le Ried. En effet des découvertes intéressantes furent faites lors des travaux connexes au remembrement de 1966 de la commune de Sundhouse et de l'enclave de Saasenheim dans le ban de Sundhouse. A cette occasion on avait découvert des fondations et matériaux ainsi que des squelettes humains. 

Mais l'évènement qui a vraiment marqué l'histoire de Sundhouse et a donné son nom à ce bourg, c'est la signature de la Charte "In Villa Sunthusis" en l'An 723. Dans la villa de Sundhouse, Haichon, fils du Duc Adalric, fit don à l'Abbaye de Honau de tous ses biens sis sur l'île du même nom, sur le Rhin, par une Charte qui constitue la 1ère mention écrite concernant Sundhouse. Les Ducs d'Alsace et leur famille furent des chefs de guerres perfides et cruels qui pensaient se préparer un au-delà confortable grâce à leurs largesses envers les Eglises et les Couvents, et ainsi racheter leurs fautes. A cette même époque, Sunthusis dépendait de la Villa Erstheim, propriété de l'empereur Louis le Pieux. Ce dernier en fit don à son fils et successeur présumé, Lothaire. Celui-ci, devenu empereur de Lothargie sous le nom de Lothaire Premier, donna Erstheim et ses dépendances à sa femme Irmengard, en 821, au lendemain de son mariage. Tout indique donc qu'avec les villages de Nordhouse, Osthouse et Westhouse, Sundhouse aurait fait partie du domaine des seigneurs francs au 7ème siècle. Ceux-ci siégeaient alors à Erstein, situé en position centrale par rapport aux autres localités, et expliquant ainsi l'origine de leurs noms.

A l'époque des Mérovingiens, vers les premières décennies du 8ème siècle, Sundhouse présentait déjà les traits d'une localité d'une certaine importance. Il y avait les guerriers et les paysans libres, puis les non libres (prisonniers de guerre et autochtones des pays conquis et leurs descendants) et au-dessus se trouvait la classe des Seigneurs, vivant dans des fermes spacieuses peu à peu transformées en châteaux. On pratiquait uniquement l'agriculture et les gens se suffisaient à eux-mêmes, ne vivant que de leurs produits et fabriquant eux-mêmes ce dont ils avaient besoin. On trouvait au village maçon, charpentier, boucher, tailleur, cordonnier, forgeron, sellier, potier, etc… Tout le commerce se faisait par l'usage du troc. Il y avait peu ou pas du tout d'argent. Sous les Carolingiens, (le pays était alors divisé en deux contés, le Nordgau et le Sundgau), en raison de l'insécurité générale, de gré ou de force, les paysans perdent leur reste de liberté…

Entre 1340 et 1342 le village fut pillé par les Armagnacs et en 1348 la population fut décimée par la peste noire.

Vers l'an 1200, Konrad Von Landsperg fit construire le château de Sundhouse qui fut détruit à la fin du 16ème siècle et reconstruit par les habitants à titre de corvée envers leur nouveau seigneur, le Duc Frédéric de Wurtemberg. C'est là que naquit, en 1724, Dagobert Sigismund de Wurmser, seigneur de Sundhouse, futur maréchal de l'empire Autrichien. Plus tard le château fut cédé à la famille Wurmser de Vendenheim. Ce château est toujours habité et ce qu'il reste des anciens vitraux orne actuellement la salle d'honneur de la mairie.

Avec la Révolution de 1789 on attribue la fonction de chef-lieu de Canton à Marckolsheim, Sundhouse conservera et saura développer malgré tout un rôle important dans la vie économique locale. Avec la croissance démographique de la commune sont mis en place progressivement différents services publics.

En 1801, le village compte 169 maisons, mais c'est au courant du XIXème siècle que la plupart des bâtiments communaux virent le jour. Datent de cette période: la nouvelle église de 1822, venue remplacer un bâtiment plus ancien, inadapté, la maison commune de 1844, l'Ecole des Filles et l'Ecole des Garçons, comme de nombreuses maisons privées. Dès 1842 la ville dispose d'un service de poste quotidien, mais également d'un notaire, d'un bureau de l'administration des contributions indirectes et d'un percepteur. Quelques institutions datent aussi de cette époque, comme la première Banque Agricole des Prêts d'Alsace, créée en 1867. Celle-ci avait pour objectif de venir au secours des petits producteurs, en leur fournissant des prêts à des conditions plus favorables et les mettant ainsi à l'abri des usuriers. Elle connut un vif succès et l'idée fut reprise dans d'autres communes.

Vers la fin du XIXème siècle on voyait encore circuler quelques omnibus à chevaux, comme celui qui reliait Sundhouse à Kenzingen. L'auberge d'où partait le service régulier pour Kenzingen s'appelle encore aujourd'hui "au courrier". Favorisés uniquement en ce qui concerne le trafic postal, mais peu en ce qui concerne leurs déplacements, les Sundhousiens accueillirent avec beaucoup de joie la mise en service du Tramway à vapeur Strasbourg-Marckolsheim en 1886 et le ligne de chemin de fer Sélestat-Sundhouse en 1909.  

A la fin de la première guerre mondiale, l'arrivée des troupes françaises produit un grand mouvement d'enthousiasme parmi toute la population. Le dimanche 23 mars 1919 on planta un Arbre de la Liberté sur la place qui porte le même nom ,au cours d'une grande cérémonie. C'est à cette même époque, le 11 mars 1920 plus précisément, que la commune de Sundhausen prit définitivement le nom de Sundhouse.

Par la suite, la guerre de 30 ans mise à part, les années 1939 à 1945 furent certainement les plus mouvementées et les plus tragiques de la longue histoire de Sundhouse. En effet la seconde guerre mondiale a été tragique pour la population de Sundhouse qui dû être évacuée en Dordogne, à Beynac-et-Cazenac, village avec lequel Sundhouse est jumelée depuis 1985 et à Sarlat, où une stèle au cimetière rappelle les noms des 26 Sundhousiens décédés en terre périgourdine. Le village fut encore bombardé en 1944 lors de l'avancement des alliés, faisant de nombreuses victimes civiles, sans parler des Incorporés de Force qui ne revinrent jamais au pays. Le 1er février 1945, un bruit de moteurs se fit entendre à l'Ouest du canal et l'on vit arriver une colonne motorisée de fusiliers marins français. Ce fut la fin d'un long et douloureux cauchemar. Au milieu des ruines et des deuils, éclata une immense joie et, sur la place Crinoline, une foule enthousiaste entoura aussitôt ses libérateurs. La 1ère tâche sérieuse qui s'imposait à la municipalité nouvellement élue en 1945 était sans aucun doute la mise en œuvre aussi rapide que possible de la reconstruction du village qui pu aboutir grâce aux efforts et à la solidarité des Sundhousiens. Plus près de nous, en 1950, fut crée le Centre de Secours. En 1956, Sundhouse fut choisi parmi les villages du Ried pour servir de zone témoin dans le cadre de la modernisation des méthodes de culture et d'élevage. A cette époque, le blé, le tabac, la betterave à sucre, le maïs et le houblon comptèrent parmi les principales cultures. Le 27 mars 1958, le Maire, après délibération du Conseil Municipal, demanda officiellement le remembrement sur le territoire de la commune. Le 11 novembre 1966, les propriétaires purent prendre possession de leurs nouveaux lots. A cette occasion fut créé le premier Groupement Agricole d'Exploitation en Commun de France avec sept partenaires.

Puis en :

  • 1968, construction du collège
  • 1978, construction de la salle polyvalente par la commune
  • 1988, la Commune décide de construire une nouvelle gendarmerie
  • 1993, le SIVOM décide de construire de nouveaux bâtiments pour le Centre de Secours, pour lequel il reçut le Prix Départemental d'Architecture
  • 1998, rénovation intérieure de l'Eglise avec l'aide des paroisses

La Commune a réalisé depuis plus d'une vingtaine d'années, le lotissement Rohrfeld qui comprend cinq tranches, ainsi qu'une sixième en cours de réalisation. On compte actuellement une population qui avoisine les 1330 personnes. Sundhouse est aussi le siège du Syndicat Intercommunal des Eaux de Sundhouse-Wittisheim créé en 1956 lors de la construction du château d'eau et de la réalisation des réseaux d'eau potable des deux communes. Sundhouse est aussi le siège de la Communauté de Communes du Grand Ried remplaçant l'ancien SIVOM créé lors de la construction du Collège en 1968. Cette communauté regroupe à ce jour les communes de Saasenheim, Schoenau, Richtolsheim, Schwobsheim, Boesenbiesen, Wittisheim, Bindernheim, Hilsenheim et Sundhouse.

L'importance des ouvrages tout d'abord communaux puis ensuite intercommunaux – que ce soit de collecte, de transport ou de traitement des eaux usées – n'a cessé de croître.

L'histoire de Sundhouse, c'est donc l'histoire d'une commune qui malgré des périodes noires, a toujours tenté d'être à la hauteur des aspirations de sa population, en développant un certain sentiment d'appartenance et en créant des équipements structurés répondants à ses besoins. En témoignent le complexe sportif, mais également la nouvelle école maternelle, et sa bibliothèque, à l'image d'une activité culturelle importante…

Personnalités connues nées ou ayant vécu à Sundhouse

 

Nos sources (texte + iconographie) : Sundhouse Son histoire des origines à nos jours Docteur Jean BERNARD I.D. L'Edition, réédition en 2009, première édition en 1983 par Editions OBERLIN.

Si vous êtes intéressé par l'histoire de Sundhouse, sachez que ce livre est disponible en Mairie.

"Ce sont les hommes qui écrivent l'histoire, mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils écrivent" Raymond Aron